mercredi 30 janvier 2019

2019. Guerre contre la Russie. 12) Les réactions (ou non) aux attaques russes

Les réponses au poutinisme, au populisme, aux menaces, aux agressions, à la désinformation, et aux autres types d'attaque.
Les non-réponses, la mollesse, la léthargie, les échecs et les dysfonctionnements de l'UE

La première et la meilleure des réponses est d'avancer dans la construction européenne, y compris en poursuivant l'intégration dans l'UE des pays européens pas encore membres (dont l'Ukraine). La seconde est de soutenir les pays en première ligne contre la Russie. La troisième est de repasser à l'offensive, c'est-à-dire non plus seulement de se défendre, mais aussi d'attaquer la Russie (comme la France devrait désormais le faire dans le domaine "cyber")

15 mars 2019 (sanctions)
>>> Ukraine : nouvelles sanctions des Etats-Unis et de l'UE contre la Russie
Les Etats-Unis, en accord avec l'Union européenne et le Canada, ont infligé vendredi de nouvelles sanctions contre des responsables et des entités russes pour «la poursuite de leur agression en Ukraine», selon un communiqué du Trésor américain.
Six responsables et huit entreprises russes, dont des groupes d'armement, sont mis à l'index pour avoir notamment attaqué des navires ukrainiens dans le détroit de Kertch au large de la Crimée et pour leur soutien aux rebelles séparatistes de l'est de l'Ukraine.(Libération)

13 mars 2019(mieux vaut tard que jamais)
>>> Les eurodéputés formalisent la rupture avec Moscou
Pour les parlementaires européens, la Russie n’est plus un partenaire stratégique depuis l’annexion de la Crimée. Et l’UE devrait se préparer à imposer des sanctions plus importantes à son ex-allié.
(...) « la Russie ne peut plus être considérée comme un partenaire stratégique » et que « l’UE ne peut plus envisager un retour progressif à une relation normale tant que la Russie n’applique pas complètement l’accord de Minsk et ne restitue pas son intégrité territoriale à l’Ukraine. »
Cette résolution parlementaire vient renforcer un état de fait, puisqu’en réalité, l’UE ne considère plus la Russie comme un partenaire stratégique après l’annexion de la Crimée en 2014.
Dans la résolution, les eurodéputés précisent que depuis 2015, de nouvelles tensions se sont créées entre l’UE et la Russie. Le document inclut une longue liste d’actions entreprises par le Kremlin qui vont à l’encontre du droit international et des droits de l’homme, notamment l’intervention russe en Syrie ou l’ingérence dans des pays tels que la Libye et la République centrafricaine et ses multiples violations en Ukraine.
Les eurodéputés ont également souligné le soutien de la Russie aux partis eurosceptiques et aux mouvements d’extrême droite, l’ingérence russe dans les élections politiques et les violations des droits de l’homme en Russie.
Ceux-ci ont déclaré être « très inquiets des liens entre le gouvernement russe et les partis et gouvernements populistes et d’extrême droite en Europe, tels que le gouvernement hongrois » et ont appelé à la création d’un « mécanisme européen permettant de vérifier l’origine des financements des partis politiques » ainsi qu’à l’adoption de mesures visant à « empêcher que certains partis et mouvements soient instrumentalisés pour déstabiliser le projet européen de l’intérieur ».
« Le temps du langage diplomatique et policé est révolu. Il n’y a plus beaucoup d’espace pour la coopération tant que la Russie continuera à occuper des parties de l’Ukraine et à lancer des cyberattaques sur d’autres pays européens.’’», a déclaré l’eurodéputé lettone Sandra Kalniete (PPE), rapporteure du rapport sur l’état des relations politiques entre l’Union européenne et la Russie.
La résolution « réaffirme que la Russie n’a pas de droit de veto sur les aspirations euro-atlantiques des nations européennes » et « invite les autorités russes à condamner le communisme et le régime soviétique, ainsi qu’à punir les auteurs de leurs crimes et méfaits. » Le texte condamne également la militarisation de la mer d’Azov, de la région de la Baltique et de la région de Kaliningrad, ainsi que les violations répétées des eaux territoriales de pays européens dans les régions de la Baltique et de l’Arctique.
(Euractiv)

27 février 2019 (Réaction américaine)
>>> L’armée américaine affirme avoir bloqué une « ferme à trolls » russe pendant les élections de 2018.
L’accès à Internet de l’Internet Research Agency a été perturbé par une opération « offensive » de l’armée américaine durant les élections de mi-mandat.
La division « cyber » de l’armée américaine est parvenue à couper l’accès à Internet d’une entreprise-clé de l’outil de propagande russe durant le week-end des élections de mi-mandat de 2018, affirme le Washington Post. Le quotidien se fonde sur les témoignages anonymes de plusieurs hauts gradés de l’armée américaine, qui annoncent que les accès à Internet de l’Internet Research Agency, basée à Saint-Pétersbourg, ont été temporairement bloqués au moment des dernières élections législatives.
L’impact d’une opération de ce type est relativement marginal, reconnaissent les experts et militaires cités par le quotidien américain. Dans les faits, les opérations de propagande menées par la Russie se sont déroulées sur le long terme, et des perturbations de l’accès à Internet sont loin d’être suffisantes pour y mettre fin. Il s’agit davantage d’une démonstration de force, conforme à la doctrine américaine en matière de guerre informatique, qui autorise l’armée à mener des opérations « offensives » contre des acteurs menaçants. (Lemonde)


26 février 2019 (Léthargie européenne. L'Europe puissance attendra...)
>>> La grande crise du leadership européen
Les sujets de friction se multiplient entre partenaires européens, incapables, par ailleurs, de présenter un front diplomatique uni face aux dérèglements géopolitiques du monde. Aux insuffisances institutionnelles habituelles de l'Europe s'ajoute désormais la faiblesse de ses dirigeants.

Union européenne cherche dynamique désespérément. Moins de deux ans après une élection dont il voulait faire un moment de refondation européenne, Emmanuel Macron doit être bien amer. Le bloc européen a certes été capable de quelques avancées, sur les questions de défense notamment. Mais de manière de plus en plus criante, ce sont les dysfonctionnements de la machine et son inertie qui sautent aux yeux.

mardi 29 janvier 2019

2019. Guerre contre la Russie. 11) L'Ukraine

18 mars 2019 (Crimée occupée)
>>> La Crimée russe ne fait plus chavirer les cœurs.
REPORTAGE - À l'heure des festivités pour le cinquième anniversaire de l'annexion de la péninsule par Moscou, la popularité du président russe décline à la frontière avec l'Ukraine, dans les terres minières frappées par le dénuement et les désillusions. (Lefigaro)

16 mars 2019 (Crimée occupée)
>>> Le pont de Crimée, symbole de l’annexion de la péninsule ukrainienne
La Russie met les bouchées doubles pour achever la construction d’un chemin de fer parallèle au pont sur le détroit de Kertch. (Lemonde)

6 mars 2019 (Otan)
>>> Otan : Le commandant suprême des forces alliées en Europe appelle à renforcer la défense de l’Ukraine (Opex360)

23 février 2019 (Ukrainiens persécutés en Russie)
>>> Roman Souchtchenko, emprisonné en Russie et exposé à Paris
Le centre culturel ukrainien expose une série de dessins exécutés depuis sa cellule du centre de détention à Moscou par le journaliste ukrainien Roman Souchtchenko.
Par Anna Jaillard Chesanovska (Journaliste ukrainienne)

Entre 2016 et 2018, durant sa détention provisoire au centre Lefortovo, le journaliste ukrainien Roman Souchtchenko a exécuté une vingtaine de dessins à l’aide des produits alimentaires et de la vie quotidienne qu’il avait à sa disposition : thé, jus de betterave rouge, pelures d’oignon, antiseptique vert, étaient devenus des outils au service de son art derrière les barreaux.
Interdit de visite et privé de tout instrument, à part son stylo à bille et un crayon à papier, le journaliste s’est mis à dessiner des paysages chers à son cœur, un moyen d’oublier des conditions de détention extrêmement difficiles.

Rappelons que le journaliste Roman Souchtchenko, correspondant à Paris de l’agence de presse Ukrinform, a été interpellé à Moscou lors d’une visite qu’il rendait à sa famille en 2016. Il est accusé en Russie d’être un espion pour le compte de l’Ukraine. Le Ministère des Affaires Etrangère d’Ukraine a démenti l’appartenance du journaliste aux services secrets. Malgré l’absence de preuves, la justice russe l’a condamné à 12 ans de détention en régime sévère.

L’exposition propose des copies agrandies des œuvres, initialement exécutées sur des petites feuilles de papier, fournies à l’artiste pour sa correspondance et transmises par le bais de courrier. Une lettre transmise par Roman à son épouse a été lue le jour de l’inauguration. Rédigée en russe, compte tenu de l’interdiction de correspondre en ukrainien, elle a été traduite en français :

« Chers Amis, C’est un grand honneur et une grande chance pour moi d’être exposé dans une toute nouvelle qualité d’artiste! J’avoue sincèrement que mes dessins sont loin d’être une perfection.,D’un côté, il faut tenir compte des conditions dans lesquelles ils ont été créés : un grand stress émotionnel, une imagination complètement bloquée.
Peut-être, dans certains de mes dessins les ombres vont étonner par leur aspect monochrome. Je vous assure que ce n’est pas une erreur optique, mais bien la pauvreté de la palette d’un prisonnier. Pour continuer ma confession, je voudrais dire que j’ai créé mes dessins sans me soucier de leur destin. Durant le temps de ce travail j’ai puisé dans chacun d’eux tout ce qu’ils pouvaient me donner. Je vous propose donc de voir des villes, des coins de la nature et des gens tels que je les vois.
Je ne me suis pas encore habitué à mon nouveau statut, je ne cherche pas le succès, je ne crains pas le fiasco. Je ne connais pas l’amertume des propos critiques ni la douceur des louanges. J’ai tout simplement cherché une satisfaction dans le travail et la libération de mon esprit du poids de mes pensées. Je m’ennuyais fortement sans ma famille : sans mon fils, ma fille, mon épouse. Je rêvais de la liberté, je pensais à elle…

lundi 28 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 10) Menaces & provocations

Les attaques indirectes : provocations, intimidations, menaces, incursions militaires
Symboles, culture, culte


20 février 2019 (menaces)
>>> Poutine menace de déployer ses nouveaux missiles contre les Américains et leurs alliés.
En chute dans les sondages, le président russe s'est lancé dans une tirade très menaçante envers les Etats-Unis en réponse au déploiement de nouveaux systèmes d'armement américains en Europe. (L'Obs)

10 février 2019 (espionnage)
>>> Un nid d'espions autour de la Commission européenne à Bruxelles
Ils seraient pas moins de 250 espions chinois et 200 espions russes, selon le service de sécurité interne des affaires étrangères de l'Union européenne. Il met en garde les diplomates européens par rapport à certains endroits très prisés aux alentours de la Commission et des bâtiments du service des affaires étrangères : notamment un restaurant et un café, où se retrouveraient aussi ces espions. Les diplomates doivent désormais éviter ces lieux, dont un restaurant réputé servant des steaks. (RFI)

6 février 2019 (menace nucléaire)
>>> « L’architecture de la non-prolifération nucléaire de l’après-guerre froide s’effondre ».
En tuant le traité sur les missiles de portée intermédiaire, Trump et Poutine ont signé l’effondrement de l’architecture du désarmement nucléaire, analyse dans sa chronique Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ».
4 février 2019 (menace nucléaire)
>>> Nucléaire. La Russie réplique à la sortie américaine du traité INF en construisant de nouveaux missiles (CI)

1er février 2019

samedi 26 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 9) L'Europe de l'est et du nord

L'Europe de l'est en première ligne face à la Russie
Menaces (dont militaires, actions de déstabilisation) en Europe de l'est et du nord
Les pays européens ayant des frontières avec la Russie : Norvège, Finlande, Estonie, Lettonie, Lituanie, Biélorussie, Pologne, Ukraine



9 mars 2019 (banques scandinaves)
>>> Les liaisons dangereuses des banques scandinaves (LeMonde)

15 février 2019 (Biélorussie)
>>> Coup de froid entre la Russie et la Biélorussie
La relance, par Moscou, d’un ancien projet de fusion entre la Russie et son alliée biélorusse a déclenché la colère du président Alexandre Loukachenko, qui a renforcé ses frontières. (LeMonde)

14 février 2019 (Norvège)
>>> L’aviation russe aurait simulé un second raid aérien contre les radars norvégiens installés sur l’île de Vardø (Opex360)

13 février 2019 (Suède)
>>> Pour le chef de la force aérienne suédoise, le Gripen a été conçu pour « tuer » les avions de combat russes Sukhoï (opex360)

11 février 2019 (Norvège)
Le renseignement norvégien accuse la Russie de brouiller les signaux GPS lors d’exercices militaires (Opex360)

jeudi 24 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 8) Les nuisibles russes ailleurs dans le monde

26 février 2019 (Turquie)
>>> La Turquie plus avant dans les bras de la Russie
Malgré leurs désaccords sur la gestion de la crise syrienne, les deux anciens ennemis entretiennent une relation de confiance nourrie d’un ressentiment commun envers l’Occident (Lemonde)

12 février 2019 (Afrique)
>>> L’ONU enquête sur des actes de torture qu’auraient commis des militaires ou des mercenaires russes en Centrafrique (Opex360)

30 janvier 2019( Amérique du sud)
>>> Rosneft, mystérieux banquier du régime Maduro. Le régime du président vénézuélien est contraint de rembourser ses créanciers russes en pétrole brut. (LeFigaro)

27 janvier 2019 (Afrique)
>>> Meurtres de journalistes en Centrafrique : sur la piste d'un guet-apens orchestré en Russie
 Le 30 juillet 2018, un pick-up fend la brousse sur la piste menant de Sibut à Dékoa, en République centrafricaine. A bord, outre le chauffeur, trois journalistes russes : Kirill Radchenko, Alexander Rastorguiev et Orkhan Dzhemal. Mandatés par une fondation financée par Mikhaïl Khodorkovski, opposant notoire à Vladimir Poutine, ils sont arrivés l’avant-veille en Centrafrique pour y enquêter sur les activités de Wagner, un groupe de mercenaires liés au Kremlin et présents sur des théâtres d’opération stratégiques pour Moscou, tels l’Ukraine ou la Syrie. (LeJDD)

26 janvier 2019 (Amérique du sud)
>>> Des Russes pour protéger Maduro, selon un ex-mercenaire (Lemonde)

24 janvier 2019 (Japon)
>>> Iles Kouriles : à Moscou, les espoirs encore déçus de Shinzo Abe.
Le premier ministre japonais et Vladimir Poutine sont convenus de poursuivre les négociations sur le différend territorial mais les exigences de Moscou augmentent.

mercredi 23 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 7) La "poutinisation" de l'Europe

Corruption, assassinats de journalistes ;
Infiltrations, groupes de pression, financement de partis anti-européens ;
Oligarchie, populisme, placement de russes à des postes clés ;
Appels pressants à des référendums pour cliver les sociétés ;
Comportements poutiniens (idées courtes, populisme, insultes, menaces, langage ordurier, etc) ;

9 mars 2019 (mafia russe et banques scandinaves)
>>> Les liaisons dangereuses des banques scandinaves
Une série de scandales, dévoilés par plusieurs médias, révèlent l’ampleur d’un système qui aurait permis de blanchir des milliards d’euros.
Qu’ont donc en commun une société offshore impliquée dans un trafic d’armes entre l’Iran et la Corée du Nord, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev, l’ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch, ou encore l’oligarque russe Iskander Makhmudov, dont le nom apparaît dans l’affaire Benalla ? Tous sont supectés d’avoir utilisé des comptes auprès des plus grandes banques scandinaves pour blanchir, en toute tranquillité, pendant des années, des dizaines de millions d’euros.
Les premières informations concernant ce scandale d’une ampleur inédite en Europe du Nord ont émergé au printemps 2017. Dans une région habituée à figurer en haut du palmarès des pays les moins corrompus, elles ont fait l’effet d’un tremblement de terre. Depuis, les répliques n’en finissent plus de se faire sentir : l’une après l’autre, les plus grandes banques scandinaves sont mises en cause.
Naïveté, laxisme, cupidité ? Comment des institutions telles que la Danske Bank, la Nordea ou la Swedbank, qui comptent parmi les principaux établissements bancaires au Danemark, en Finlande et en Suède, ont-elles pu laisser faire de telles pratiques, y compris après en avoir été informées, selon les journalistes qui ont mené l’enquête ? Pourquoi les autorités de régulation financières, une fois alertées, ne sont-elles pas intervenues ? (LeMonde)

25 février 2019 (réseaux poutiniens & infiltration)
>>> Une fille du porte-parole de Poutine stagiaire d'Aymeric Chauprade au Parlement européen (Lobs)

22 février 2019 (Affaire Benalla)
>>> Affaire Benalla : qui est Iskander Makhmudov, l’énigmatique oligarque russe ?
Le nom de ce milliardaire russe d’origine ouzbèke a surgi dans l’affaire Benalla. L’ex-collaborateur d’Emmanuel Macron aurait supervisé un contrat visant à assurer la protection de l’homme d’affaires. (LeMonde)

mardi 22 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 6) Résistants et opposants à Poutine

Quelques figures emblématiques


A comme Association Russie-Libertés
Défense des droits humains et des libertés en Russie : site

D comme DUROV
>>> JAN2019. Pavel Durov défie le pouvoir russe.
Ce trentenaire russe, fondateur de la messagerie cryptée Telegram, vit en exil depuis 2004 mais continue à tenir tête à Moscou.
Il a défié le gouvernement russe et ses services secrets, et démontré qu’il était le plus fort. Un oligarque ? Non, un jeune entrepreneur de l’Internet tout juste âgé de 34 ans. Pavel Durov, fondateur de la messagerie Telegram, utilisée dans le monde entier, n’en est pas à son premier bras de fer avec le Kremlin. LaCroix

L comme Loznitsa
>>> SEPT2018. Sergei Loznitsa, réalisateur ukrainien : “Montrer la folie de la guerre au Donbass”. Dans son nouveau film, Sergei Loznitsa expose la barbarie dans laquelle a sombré l’est de l’Ukraine, passé sous occupation prorusse. Donbass sort le 26 septembre en France.  CI

lundi 21 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 5) Les novo-collabos

Novo-collabos et autres poutinolâtres de service

L'UE devrait évidemment sanctionner tous les oligarques corrompus, Poutine en tête, de manière dure et durable, et non pas de manière molle et temporaire, comme elle le fait.
Mais ce n'est pas tout. Elle devrait aussi sanctionner, de manière plus dure encore, tous les collabos qui travaillent pour l'ennemi : Schröder est probablement le plus nuisible à l'heure actuelle. Les patrons de certains grands groupes le sont tout autant : le groupe allemand BASF (dont l'ancien président est un proche de Merkel), le groupe français Engie (et son ancien président Gérard Mestrallet), le groupe autrichien OMV qui finance 10 % du projet, Royal Dutch Shell [voir billet sur Nord Stream 2].

L'annexion de la Crimée, la guerre dans le Donbass, les assassinats d'anciens espions, de journalistes et d'opposants à Poutine, les menaces et incursions russes en Europe, la désinformation et les tentatives de déstabilisation de l'UE,  les tentatives d'ingérence lors de l'élection présidentielle... Tout cela n'a nullement refroidi les ardeurs des amis français du Kremlin. Idiots utiles, vendus, corrompus, poutinolâtres de service, ou vrais neuneus, ils ont tous leurs raisons de lécher les bottes de Poutine. On trouvera aussi bien des proches de Macron (Benalla) que des personnalités de droite, d'extrême-gauche, et bien sûr l'extrême-droite.


ABCDaire des novo-collabos français

B comme Benalla
>>> Les deux contrats de Benalla avec des oligarques russes étaient d’un montant de 2,2 millions d’euros.
- Le premier contrat prévoyait la protection d’Iskander Makhmudov, un homme à la réputation sulfureuse, que l’on dit proche de Vladimir Poutine et de la mafia moscovite. Il a été signé avec Mars, la société de Vincent Crase, gendarme réserviste ami d’Alexandre Benalla, laquelle a ensuite sous-traité à Velours. Plusieurs éléments montrent que M. Benalla s’est impliqué personnellement dans la négociation, alors qu’il travaillait encore à l’Elysée.
- Un deuxième contrat a été noué en décembre 2018 avec Farkhad Akhmedov, un proche de Vladimir Poutine, par une société montée par un proche d’Alexandre Benalla, qui lui a reversé une partie des bénéfices par l’intermédiaire d’une société au Maroc. (Lemonde)

C comme Chauprade
25 février 2019
>>> Un député ex-FN emploie la fille du porte-parole de Poutine au Parlement européen
Aymeric Chauprade, député au Parlement européen, a justifié ces stages au « Monde » : « Au nom de quoi on s’interdirait de recruter la fille d’une personnalité ? » (LeMonde)
L'eurodéputée socialiste française Christine Revault d'Allonnes s'est pourtant déclarée « effarée ». « C'est extrêmement choquant. La fille du porte-parole du Kremlin n'est pas n'importe quelle personne », a-t-elle affirmé. « Je suis surprise que ce recrutement ait été validé par les services du Parlement », a-t-elle dit. (LesEchos).
En effet, voici (encore) une affaire à vomir ! Et des questions :
- Pourquoi la France a-t-elle accordé un visa étudiant à cette personne ?
- Pourquoi une personne non-européenne peut-elle être employée au Parlement européen ?
- Pourquoi n'y a-t-il a une "préférence européenne" pour les emplois au Parlement européen ?
- Pourquoi ces gens-là (Chauprade et sa clique de mafieux russes), qui sont des ennemis de l'Europe et devraient logiquement en subir les conséquences ne sont-ils jamais inquiétés ?
- Pourquoi l'Europe est-elle si faible ?

D comme Dupont-Aignan
>>> Nicolas Dupont-Aignan : « Il n’y a qu’un chef d’Etat dans le monde, c’est Vladimir Poutine » (RFI, 2 octobre 2015)

D comme De Villiers (Philippe)
>>> Délirant, mensonger, dégoûtant... On a lu le livre de Philippe de Villiers sur l'Europe
Son brûlot est si absurde qu'il a redonné envie à François Reynaert de défiler dans les rues vêtu d’un gilet bleu étoilé en hurlant l’Hymne à la joie.(BiblioObs, 10 mars 2019)


J comme Juvin (réseau Chauprade & FN)
>>> Hervé Juvin, la tête pensante de Marine Le Pen. Nationaliste et identitaire, cet essayiste est le nouvel intello et la plume du Rassemblement national. Sa présidente ne jure désormais que par lui. (Lobs)
>>> Voir aussi la liste des novo-collabos , que j'avais établie en 2014 suite à l'agression russe de l'Ukraine et au déferlement de propagande poutiniste. Hervé Juvin oeuvrait alors sur le site de Chauprade, Realpolitik (billet "qui en veut à l'UE : ici)

dimanche 20 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 4) Le Brexit

Le Brexit, parfait exemple du populisme triomphant.
Le Brexit est le résultat prévisible de la désinformation et du populisme, encouragés ou déclenchés par les services du Kremlin (lesquels se sont évidemment engouffrés dans les problèmes bien réels liés à l'immigration et à la mondialisation).
Ses conséquences en 2019.


Le Royaume-Uni a fini par comprendre qu'ouvrir les portes à la Russie (et à ses oligarques) a été mauvais pour le pays. Le Brexit  et l'empoisonnement d'ex-espions symbolisent parfaitement le poutinisme triomphant au pays de Churchill.
Je regrette le choix fait par nos amis britanniques de sortir de l'UE. Je regrette que la démagogie, le populisme, les partis soutenus par Poutine et la désinformation propagée par la propagande russe anti-Union européenne  aient fini par triompher. Mais il faut respecter le choix de la majorité du peuple.
Le Brexit doit se faire. Et la différence entre Etats membre et non-membres de l'UE doit être marquée. Peut-être que dans 50 ou 100 ans, la Grande-Bretagne refera son entrée dans l'Union. Il faut le souhaiter.
En attendant, il faut nouer d'autres types de relations avec le Royaume-Uni. Un second référendum serait catastrophique pour la démocratie. Non seulement il saperait encore un peu plus la croyance envers les élites et les institutions dans tous les pays européens. Mais il renforcerait aussi profondément tous les sentiments anti-UE.

19 février 2019
>>> Brexit: «En se brouillant avec les Anglais, la France fait le jeu de Vladimir Poutine». FIGAROVOX/TRIBUNE - Laurent Chalard critique la position de la France sur le Brexit. Selon le géographe, notre intérêt est de maintenir des liens étroits avec les Britanniques, sans quoi l'Europe serait fragilisée au profit des Russes.
(...) Or, à notre grand désarroi, la position d'Emmanuel Macron apparaît complètement alignée sur les desideratas russes. Notre président, comme de nombreux autres dirigeants politiques hexagonaux, se ravit de la situation, espérant profiter du Brexit pour damer le pion à la perfide Albion.(LeFigaro)

>>> Le Brexit accélère le départ de sociétés japonaises de Grande-Bretagne.
Nissan, Honda, Panasonic, Sony: à des degrés divers et échelles différentes, toutes ces entreprises japonaises disent "bye bye" à la Grande-Bretagne. Même si le Brexit n'est pas la seule cause de leur décision, il l'a bien souvent précipitée, selon les experts. (Challenges)

>>> Malgré le flou du Brexit, le marché de l'emploi britannique se porte bien
Malgré les perturbations du Brexit, le taux de chômage au Royaume-Uni a terminé l'année à un niveau historiquement bas de 4% tandis que les salaires ont nettement progressé, ce qui confirme la bonne santé du marché de l'emploi. (Challenges)

18 février 2019
>>> Brexit: Honda devrait être le premier à fermer son usine anglaise (Challenges)

6 février 2019
>>> «Une sortie de l'UE sans accord risque de précipiter le démantèlement du Royaume-Uni»
Professeur d'histoire économique à l'université d'Oxford, Kevin Hjortshøj O’Rourke explique combien le vote sur le Brexit pourrait représenter un avantage culturel et politique pour l'Irlande.
Kevin Hjortshøj O’Rourke est professeur d’histoire économique à l’université d’Oxford. De mère danoise et de père irlandais, il est aussi conseiller municipal du village français de Saint-Pierre d’Entremont (Isère). Il est l’auteur d’Une brève histoire du Brexit, petit ouvrage (publié par Odile Jacob) d’une clarté limpide pour comprendre les racines de ce qu’il qualifie de «vaudeville dont l’issue risque d’être dramatique». (Libération)

4 février 2019
>>> Brexit: Nissan renonce à produire son crossover X-Trail au Royaume-Uni (RFI)

25 janvier 2019
>>> Brexit : « L’empire, thème de choix des eurosceptiques » LeMonde

vendredi 18 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 3) Les funestes gazoducs russes Nord Stream 2 et TurkStream

Interconnexions, Tubes, Pipelines, Gazoducs, Politique de l'Energie en Europe

Abandonner le projet Nord Stream 2 (et Turkstream, et la dépendance au gaz russe).
Investir dans de grands programmes énergétiques européen.
Tendre vers l'indépendance énergétique de l'Union.

*** 2019 ***

Nord Stream 2
16 février 2019
>>> Gazoduc Nord Stream 2: peut-on faire confiance à l'Allemagne pour défendre les intérêts européens ? (FranceCulture)  [ La réponse est évidemment "non" ! ]

8 février 2019
>>> Nord Stream 2: Accord des Vingt-Huit pour appliquer les règles européennes. La France et l’Allemagne ont trouvé un accord in extremis. Il permet de clarifier le partage des responsabilités entre Etats membres et régulateur. (Lopinion)
>>> Nord Stream 2: coup de froid entre Paris et Berlin. (...) Pour Berlin, de plus en plus isolé dans son soutien au projet de gazoduc, c'est un coup de semonce. (LeFigaro)
>>> La France se démarque de l’Allemagne sur le projet gazier Nord Stream 2. Paris soutient une initiative européenne susceptible de gêner l’achèvement du gazoduc entre la Russie et l’Allemagne.
Pas de changement de cap, mais certainement un changement de ton. Jusqu’à présent très discret dans le dossier sensible du gazoduc Nord Stream 2, entre la Russie et l’Allemagne, Paris a pour la première fois adopté, jeudi 7 février, une position officielle laissant apparaître son scepticisme vis-à-vis de ce projet qui divise profondément l’Europe.
Confirmant des informations du quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, le Quai d’Orsay a indiqué que la France s’apprêtait à soutenir, à Bruxelles, l’adoption d’une directive qui fragiliserait la structure du projet, alors même que près de 600 km de tuyaux ont déjà été posés au fond de la Baltique, soit la moitié de la distance totale.  (LeMonde)


Tubes, Gaz, Indépendance énergétique, Ecologie
6 février 2019
>>> Le gaz naturel, une fausse bonne idée pour verdir le transport. Le passage au gaz naturel ne suffira pas à réduire les émissions du transport. Pour atteindre les objectifs climatiques, il faut plutôt miser sur les carburants alternatifs et des mesures d’efficacité énergétique. (Euractiv)
4 février 2019
>>> Alors que l'UE se dirige vers une dépendance à l'égard de la Russie avec le Nord Stream 2 , les Etats-Unis vont gagner leur indépendance énergétique (LesEchos)


STEP
25 janvier 2019

>>> L’UE soutient mordicus le gazoduc pyrénéen. L’interconnexion gazière entre la France et l’Espagne reste un projet d’intérêt commun éligible à des financements, assure la Commission européenne, alors que les régulateurs français et espagnol ont rejeté une section essentielle du projet. (Euractiv)

23 janvier 2019. 
Alors que le Nord Stream 2 de Poutine avance, le STEP européen est abandonné (ce qui est aussi de mauvais augure pour le projet Midcat). La demande de construction de STEP avait été introduite par les deux promoteurs du projet, Enagas en Espagne et Teréga en France. Les deux entreprises arguent que MidCat permettrait au reste de l’Europe de bénéficier des nombreux terminaux à gaz naturel liquéfié (GNL) installés en Espagne, amoindrissant ainsi la dépendance vis-à-vis du gaz russe. Or, selon les régulateurs, « le marché n’a manifesté aucun intérêt commercial pour de nouvelles capacités d’interconnexion ». Ils soulignent également que les capacités d’interconnexion existantes ne sont même pas utilisées à 100 %. (Euractiv)

jeudi 17 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 2) Populisme, violence, "Gilets jaunes"

Populisme, désinformation, et réseaux "sociaux" (créer le chaos, pour pas cher !)

Populisme & référendums ; populisme & internet ; 
populisme & désinformation ; populisme & "gilets jaunes" ;
populisme & violences ; populisme & poutinisme ; populisme & complotisme
(le tout, diffusé par internet et les réseaux "sociaux)



18 mars 2019 (gilets jaunes)
>>> "Gilets jaunes" : 170 millions d'euros de dégâts, selon les assureurs (sans compter l'acte 18) (Lobs)

28 février 2019 (populistes & intox)
Si les poutinolâtres ne polluaient pas autant les sociétés occidentales, les clowneries des populistes sur-représentés dans les médias pourraient nous faire rire. Hélas, ce n'est pas le cas.
>>> Marine Le Pen maintient son intox sur les retraités et les migrants dans un droit de réponse… truffé d’erreurs. Elle refuse de reconnaître, contre l’évidence, que les migrants ne bénéficient pas de droits supérieurs aux retraités modestes. (Lemonde)

28 février 2019 (rouges + bruns = jaunes?)
>>> Romain Goupil : « Cette collusion jaune-rouge-brun menace la démocratie »
Dans une tribune au « Monde », le cinéaste, qui a soutenu Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, explique que l’ultra-droite et l’ultra-gauche unissent leur détestation de l’Etat au sein d’une dangereuse « lutte des casses ». (Lemonde)

26 février 2019 (Désinformation)
>>> Macron a-t-il été hué au Salon de l’agriculture sans qu’« aucun média n’en parle » ?
Une vidéo censée montrer le chef de l’Etat sifflé au Salon de l’agriculture 2019 a largement circulé sur Facebook ces derniers jours. Mais elle date d’il y a un an.
C’est la page Facebook « La révolte des vaches à lait » qui s’est vantée de l’annoncer en « exclu » : Emmanuel Macron aurait été hué lors de sa visite au Salon de l’agriculture et « aucun média n’en parle », écrit-elle dans un message publié samedi 23 février. La vidéo qui l’accompagne, censée accréditer cette thèse, a été vue environ 70 000 fois sur le réseau social en trois jours. LesDécodeurs

Question : pourquoi ceux qui balancent n'importe quoi sur internet ne sont-ils pas poursuivis devant les tribunaux ?

17 février 2019TRIBUNE. L’agression de trop, les insultes antisémites contre Alain Finkielkraut et les passions morbides. Par Marc Knobel, historien et essayiste.
>>> Le philosophe Alain Finkielkraut sort de son taxi, il est aperçu par des gilets jaunes, près de Montparnasse. Lorsque subitement s’enchaînent les insultes :
- Palestine !
- La France est à nous
- Sale sioniste
- Sale race (...)
- Le peuple va te punir…
Quelle est donc cette petite "foule" haineuse qui a ainsi insulté le philosophe Alain Finkielkraut ? Ces gens prétendent être le peuple alors qu’ils n’en sont ici qu’une petite caricature vulgaire et médiocre. Ce que nous voyons là, ce sont de petits agités qui vocifèrent des aboiements antisémites.
Le 7 janvier 2019, je rappelais dans une tribune de l’Obs, que depuis quelques années, cet antisémitisme (primaire) connaît un nouvel écho. La montée des préjugés et des stéréotypes est particulièrement alarmante. Théories conspirationnistes, refus du système, puissants stéréotypes racistes et antisémites, propagande distillée par la nébuleuse complotiste, radicalisation et instrumentalisation diverse de l'ultra droite et/ou de l'ultra gauche, permettent à l'antisémitisme de se développer et de prospérer plus ouvertement depuis près de trois mois, dans une frange de ce mouvement.
Justement, lorsque l’on entend "La France est à nous", nous nous souvenons d’autres vociférations, d’autres cris et stigmates. Pour rappel, sous une pluie battante à Paris, dimanche 26 janvier 2014 et à l'appel du collectif "Jour de colère", les fans probables de Dieudonné ou Alain Soral et/ou les habitués de la fachosphère ont (également) arpenté les rues, en chantant "Shoah nanas", en reproduisant le geste de la quenelle ou même en scandant "Juif, la France n'est pas à toi" ou (autre variante) comme "CRIF, la France n’est pas à toi". En fin de manifestation, des heurts ont opposé les forces de l'ordre à des jeunes qui ont défilé dans l'après-midi. Des centaines de manifestants, masqués pour une partie d'entre eux, ont lancé des projectiles, des bouteilles, des pétards, des barres de fer, des poubelles et des fumigènes contre les forces de l'ordre qui avaient répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes.   (L'Obs)
>>> Ajoutons à cela qu'il se trouve des voix qui minimisent l'agression dont a été victime Alain Finkielkraut, comme Thomas Guénolé, Aude Lancelin, Yassine Bellatar ou Jean-Pierre Mignard  (LeFigaro)   [des gens d'extrême gauche, sans surprise, qui devraient eux aussi subir les conséquences de leurs tweets. Mais il me semble que l'on est bien trop laxiste, en France, avec ces gilets jaunes et ces petits roquets qui sévissent sur YouTube -Dieudonné, Soral- , Twitter, et autre . Qu'on interdise les manifestations. Qu'on durcisse la loi. Qu'on arrête tous ceux tous ceux qui ne respectent la loi !]

« Non vous n’êtes pas le peuple, vous êtes la France de la haine, celle qui nous fait honte. Ces manifestations doivent cesser », a cinglé Gérard Larcher, le président du Sénat.( LeParisien)

17 février 2019 (bilan des gilets jaunes après ce 16 février : insupportable, comme d'hab)
TUEURS
>>> Nadia Bègue a perdu son fils le 2 décembre : "Ce sont les actions des Gilets jaunes qui l’ont tué" (LeJDD)

CASSEURS
>>> Parmi les casseurs interpellés, se trouvent surtout des Gilets jaunes. Les activistes de l'ultragauche comme de l'ultradroite, bien présents dans les cortèges des Gilets jaunes, ont pour l'heure échappé aux arrestations. Mais selon la préfecture de police, la plupart des épisodes de casse et d'incendies sont bien le résultat du "passage à l'acte" de Gilets jaunes. (LeJDD)

INJURES ANTISEMITES
>>> Le philosophe Alain Finkielkraut a été victime d'insultes antisémites samedi après-midi à Paris en marge du rassemblement des Gilets jaunes. Il témoigne en exclusivité dans le JDD.

INJURES SEXISTES
>>> «Gilet jaune»: Ingrid Levavasseur exfiltrée de la manifestation parisienne (LeFigaro)


POPULISTES et INUTILES (incapable d'être constructifs)
>>> Européennes : pourquoi la liste des Gilets jaunes a explosé en vol. L'association RIC, qui portait une liste "Gilets jaunes" en vue des européennes, a été dissoute cette semaine, minée par ses divisions internes. (LeJDD)

DES DANGERS POUR LA DEMOCRATIE...
>>> «50 000 Gilets jaunes contre la démocratie». La chronique d’Eric Le Boucher.
«La défausse d’une soi-disant infiltration du mouvement par des militants d’extrême gauche ou d’extrême droite qui seraient les véritables auteurs des dégradations et violences ne tient plus» (Lopinion)

... POUR L'ECONOMIE...
>>> Le maire de Dijon, François Rebsamen, affirme que le mouvement des Gilets jaunes "coûte cher" à la ville, aux contribuables et aux commerçants du centre-ville. "L'Etat doit les aider", ajoute l'élu. (LeJDD)
>>> Olivier Bouscatel, restaurateur à Toulouse : "J’ai perdu 35% de mon chiffre d’affaires" avec les Gilets jaunes (LeJDD)

... ET POUR LE CHOMAGE
>>> EXCLUSIF. Région par région, le chômage partiel lié aux Gilets jaunes (LeJDD)

S'ATTAQUENT AUX FORCES DE L'ORDRE, A LA PRESSE
>>> Gilets jaunes : à Lyon, une enquête ouverte après le caillassage d'une voiture de police (LeJDD) [vidéo sur LeFigaro]

mercredi 16 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie. 1) Les attaques directes (et les contre-attaques)

Cyberattaques, espionnage, meurtres


22 février 2019 (meurtres)
>>> Comment le troisième suspect de l'attentat contre Skripal a été identifié
Bellingcat, un média associant des journalistes et des citoyens, a percé le mystère en fouillant les bases de données russes. Une "data-enquête" impressionnante.
Bellingcat est un site Web fondé par le journaliste britannique, Eliot Higgins. Le principe : mener des enquêtes associant journalistes professionnels et citoyens, que ce soit sur des situations de guerre, des violations des droits de l'homme ou des  affaires criminelles.
Le site vient d'identifier un troisième suspect dans l'affaire Skripal, cet attentat commis  l'an dernier, à Salisbury,  à l'aide d'un agent neurotoxique, contre l'ex-espion russe Sergei Skripal et de sa fille Yulia.
Selon les enquêteurs de Bellingcat, Moscou a ces derniers mois délibérément altéré des bases de données publiques pour y effacer le nom des trois suspects. Ce n'était pas très malin, puisque cela a renforcé la conviction des enquêteurs d'être sur la bonne piste... 
Ce "troisième homme" serait Denis Sergeev. Agé de 45 ans, c'est un officier du renseignement militaire russe (GRU). Il était enregistré  sous une fausse identité sur un vol Aeroflot le 2 mars à destination de Heathrow quelques heures seulement avant l'arrivée des deux autres suspects, “Alexander Petrov” et “Ruslan Boshirov”, identifiés (déjà par Bellingcat !) comme étant deux agents du GRU, Alexander Mishkin et Anatoli Chepiga. (L'Obs)

18 février 2019 (cyberguerre)
>>> Australie : Une cyberattaque contre des parlementaires menée par un pays étranger, selon le Premier ministre. (…) Plusieurs analystes ont désigné la Chine, la Russie et l'Iran comme les plus probables commanditaires de cette attaque informatique. (LaTribune)

16 février 2019 (meurtres)
>>> Attentat contre Skripal au Royaume-Uni de 2018 : les parents d'une victime du Novitchok réclament des comptes au gouvernement (Challenges)

27 janvier 2019 (cyberguerre)
>>> L’Armée française face aux hackers russes
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, la cyberguerre est déclarée ? (LaTribune)

21/01/2019 (cyberguerre)
>>> Cyberdéfense : une France offensive et complètement décomplexée.
Depuis plusieurs années, la France ne s'interdit pas de lancer des attaques cyber. Elle rend coup pour coup à ses adversaire dans le cyberespace. Et au-delà... Le ministère des Armées vient de terminer ses travaux doctrinaux en matière de lutte informatique offensive.
Le monde est en guerre. Personne n'a vraiment conscience de l'ampleur de cette guerre très discrète à l'exception d'un cercle d'initiés. (…)

"Nous sommes fin 2017, a raconté Florence Parly. Des connexions anormales sur le serveur de la messagerie internet du ministère des Armées sont constatées. Ces connexions ont révélé après analyse qu'un attaquant cherchait à accéder directement au contenu de boites mails de 19 cadres du ministère parmi elles, celles de quelques personnalités sensibles. Sans notre vigilance, c'est toute notre chaîne d'alimentation en carburant de la Marine nationale qui aurait été exposée. Surtout, cette tentative d'attaque a duré jusqu'en avril 2018. Nous avons pu patiemment et, en étroite collaboration avec nos partenaires, remonter la chaîne des serveurs et des adresses IP Derrière se cachait un mode d'attaque bien connu de nos services et que certains attribuent à Turla". (LaTribune)

mercredi 9 janvier 2019

2019. Guerre Europe/Russie (introduction)

L'histoire nous enseigne que tout espoir de rapprochement entre la Russie et l'Occident est voué à l'échec. Aujourd'hui, avec l'avènement de leaders populistes dans nos démocraties, largement soutenus par Moscou, ce n'est pas la Russie qui vient vers l'Ouest mais une partie de l'Ouest qui se tourne vers la Russie. (LesEchos, 12/07/2018) 

Introduction

D'abord, cesser d'être naïf. L'UE a des ennemis. Il faut les combattre.
La Russie est un ennemi.
L'islamisme est un ennemi. Sur ce point, hormis certaines personnalités qui s'enferment dans le déni, une large majorité de la population l'a intégré .
C'est pourquoi, il faut surtout insister sur le problème russe. Bien entendu, il est plus simple et plus populaire pour nos dirigeants de dire "il faut discuter". Pourtant, la guerre est bien là. 
Ici en Europe de l'ouest, elle se joue sur les plans économiques, culturels, diplomatiques, énergétiques, politiques. La Russie "teste" l'Europe à travers provocations, menaces, intimidations, cyber-attaques, désinformation... Elle tente de "placer ses agents" (ou ses idiots utiles) : Salvini, Le Pen, Heinz-Christian Strache...
Sur le front Ukrainien, il y a tout cela. Mais il y a en plus les attaques de l'armée, des milices, et des mercenaires russes.