dimanche 21 janvier 2018

Populisme. L'UE face au populisme en 2018

Nationalistes, régionalistes indépendantistes, poutinistes : le problème du populisme en Europe

AUTRICHE
>>> JAN2018. Le Haut-Adige, enjeu majeur entre l’Italie et l’Autriche. La montée en puissance de l’extrême droite côté autrichien relance les débats sur la situation particulière de cette province italienne. LeMonde

ESPAGNE
>>> JAN2018. Les «Tabarniens» résistent sur le Net.
La Tabarnia, région fictive catalane, entend ridiculiser les partisans de l’indépendance.
«La Catalogne spolie Barcelone !» ; «Vive la Tabarnia libre et indépendante!» On peut trouver ces slogans sur la plateforme numérique de la Tabarnia, une région fictive catalane. Apparaissent aussi des maillots de foot de son équipe virtuelle, des références à un possible «Tabarnex it» sur le modèle du Brexit, de nouvelles plaques de rues dans le centre de Barcelone… Libération

>>> JAN2018. L’indépendantiste Roger Torrent élu à la tête du Parlement catalan.
Le Parlement catalan se réunissait pour la première fois depuis les élections de décembre, alors que plusieurs leaders indépendantistes sont en prison ou à l’étranger. Lemonde

vendredi 19 janvier 2018

Brexit. Les conséquences du Brexit en 2018

Les conséquences du Brexit ; les nouvelles relations entre Union européenne et Royaume-Uni

>>> JAN2018. Sommet franco-britannique : mots de velours, gants de fer.
Emmanuel Macron et Theresa May ont signé un nouveau traité pour renforcer les accords du Touquet sur les migrants. Si un rapprochement diplomatique s'esquisse, rien n'indique un assouplissement des négociations sur le Brexit.
(...)
Les Britanniques vont déployer trois hélicoptères Chinook dans le Sahel pour assister les forces françaises dans l’opération Barkhane au Mali et 56 millions d’euros d’aide «au développement supplémentaire pour l’Alliance pour le Sahel». De son côté, la France s’est engagée à contribuer à la force de présence avancée renforcée de l’OTAN en 2019, dans le cadre du groupement tactique sous commandement britannique en Estonie. (...)
«Il ne peut pas y avoir un accès différencié pour les marchés financiers, alors qu’ils sont dans le marché unique, vous voulez y participer, ‘be my guest’ », a-t-il ajouté en anglais, ce qui peut être traduit par «bon courage !». «Il existe un accès, sur le modèle norvégien (non-membre de l’UE mais qui paye une contribution au budget européen), ou alors il existe un autre accès qui s’appelle membre de l’Union européenne, c’est un statut qui existe», a conclu Emmanuel Macron, provoquant les éclats de rire de l’assistance. Et les titres de la presse britannique de vendredi. Libération

jeudi 18 janvier 2018

Guerre. Combattre la Russie poutinienne en 2018.

Les attaques russes, les contre-attaques européennes,
Les novo-colabos 

FORCE

>>> JAN2018. Pendant ce temps, la Russie s’entraîne à une guerre totale contre l’OTAN. Depuis l’invasion de l’Ukraine par Moscou en 2014, toute coopération est rompue entre la Russie et l’OTAN. Et il semblerait que le Kremlin se prépare au pire, le Chef de la Défense estonienne accusant en effet l’armée russe d’avoir effectué des simulations de guerre totale contre l’OTAN. ParisMatchBe

>>> JAN2018. L’armée française se déploie en Lituanie aux côtés des Allemands OuestFrance
>>> JAN2018. Des Frenchies de nouveau en Estonie en 2019 Lignesdedefense
>>> JAN2018. La Belgique intercepte deux bombardiers russes. Deux F-16 belges ont intercepté les bombardiers alors qu’ils volaient au-dessus de la mer du Nord. LeSoir

>>> JAN2018. La Suède se prépare à une guerre contre la Russie.
Après le retour du service militaire obligatoire, les Suédois vont recevoir des brochures pour leur expliquer comment réagir en cas de conflit.
C'est un nouveau signe de la tension qui règne en Suède. Comme le rapporte  le Daily Mail, le gouvernement suédois s'apprête à envoyer une brochure aux 4,7 millions de foyers suédois pour leur expliquer comment se comporter en cas de conflit.
L'adversaire potentiel n'est pas nommé, mais il est dans toutes les têtes : la Russie. Le grand voisin a multiplié les incursions dans l'espace aérien et sous-marin suédois ces dernières années, au point de liguer les partis d'opposition suédois pour demander au gouvernement de rejoindre l'Otan. Une grande conférence autour de la défense suédoise organisée la semaine dernière a même été éclipsée par un débat national autour de la menace russe.

Une première depuis la fin de la Guerre froide

Les brochures, qui seront distribuées en mai, vont expliquer à la population comment prendre part à la « défense totale » durant une guerre, ainsi que donner des conseils pour trouver de l'eau, de la nourriture et rester au chaud. La dernière fois que les Suédois ont reçu ce type de brochure, c'était entre 1961 et 1991, soit durant la Guerre froide.
« Toute la société se doit d'être préparée pour un conflit, pas uniquement les militaires. Nous n'avons pas utilisé les mots tels que défense totale ou alerte maximale depuis au moins 25 à 30 ans, ce qui a abaissé le niveau de connaissance de la population », affirme  au Financial Times Christina Andersson, la responsable du projet.

mercredi 17 janvier 2018

Economie. La Zone €uro en 2018


>>> JAN2018. Zone euro : des économistes veulent réconcilier discipline allemande et solidarité française.
Quatorze économistes français et allemands ont planché pendant six mois et font des propositions nouvelles pour relancer la monnaie unique.


En matière d'économie, le Rhin semble parfois infranchissable. Quand les Français parlent de solidarité, les Allemands répondent discipline. Quand Paris prône la croissance, Berlin répond stabilité. Alors qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel se voient vendredi pour évoquer l'avenir de l'Europe, quatorze économistes français et allemands ont surmonté ces antagonismes et publié mercredi des propositions de réforme de la zone euro.

Cette fois, pas question de caler aux premiers désaccords. « Les lignes rouges ont été franchies d'un côté comme de l'autre » confiait mardi à Paris Jean-Pisani Ferry, dirigeant de Bruegel et ancien conseiller d'Emmanuel Macron. « On n'était pas certains d'y arriver ». Le principe d'une capacité budgétaire pour la zone euro n'allait pas de soi pour les Allemands et côté français, la discipline budgétaire reste un sujet hypersensible.

jeudi 11 janvier 2018

Immigration. L'UE face à l'immigration en 2018

>>> JAN2018. La maîtrise des flux migratoires au coeur des débats du MED7

Le 10 janvier 2018 se réunissait à Rome le groupe du MED7 - un groupe composé des chefs d’Etat et de gouvernement de sept pays du sud de l’Europe riverains de la Méditerranée , le Portugal, l’Espagne, la France, l’Italie, Malte, Chypre et la Grèce. Les débats portaient surtout sur la crise migratoire.

La maîtrise des flux migratoires a dominé mercredi soir le quatrième sommet des pays riverains de la Méditerranée (Med 7). De retour de Pékin, le président Emmanuel Macron a fait escale à Rome pour participer à ce sommet de sept pays partageant de nombreuses problématiques, des migrations à l'intégration européenne.
Inaugurée en septembre 2016 à Athènes, cette structure de consultation fait pendant au groupe de Visegrad comprenant quatre pays d'Europe centrale (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie), soudés par leur hostilité à toute immigration.

mercredi 10 janvier 2018

Energie. La politique énergétique européenne en 2018

>>> JAN2018. Au Danemark, l’éolien représente 43% du mix électrique national.
Selon un communiqué du ministère danois de l’Energie publié jeudi 11 janvier 2018, l’énergie éolienne a assuré 43,4 % de la consommation électrique du pays scandinave en 2017. Un nouveau record dû aux bonnes conditions de vent et qui concrétise les efforts consentis par les gouvernements danois successifs en faveur du développement de l’éolien terrestre et offshore. Lenergeek


>>> JAN2018. L'Ukraine construit sa première centrale solaire à Tchernobyl CI


>>> JAN2018. Pourquoi la transition énergétique n'a rien de très écologique. Dans "la Guerre des métaux rares", Guillaume Pitron livre une enquête décapante sur les sales dessous de l'économie verte. Bibliobs

lundi 4 décembre 2017

Contre offensive 10. La culture

Lorsque, par hasard, Poutine entend le mot culture, sortirait-il son revolver ?
Hum... Pas sûr. Car le revolver (ou la carabine) qu'il aime tant exhiber lorsque, fier comme un paon, il pose pour ses séances photos ridicules , n'est qu'un accessoire parmi bien d'autres de sa panoplie de superman. Il peut sortir, aussi, le couteau. Comme celui qu'il offre, le 31 décembre 1999, aux soldats russes qui commettent tant de crimes en Tchétchénie (SciencePo)
Le couteau, d'ailleurs, il n'y a rien de mieux pour dépecer. Et en matière de dépeçage, Poutine en connaît un rayon, lui qui a entreprit de dépecer l'Ukraine, après s'être occupé de la Géorgie et de la Tchétchénie.

Finalement, lorsqu'il entend le mot culture, il préférera sortir son long couteau, mieux adapté. Car ladite culture, il ne s'agit pas tant de la flinguer que d'en découper les parties déplaisantes (le découpage, cela peut être la censure, le dénigrement, les procès truqués, le licenciement). Des exemples ?

jeudi 23 novembre 2017

Contre offensive 9. La justice

Le droit, les oligarques, la corruption, la justice

L'Etat de droit, un des fondement de l'UE, n'existe pas sous le système poutine. Comme pour les médias, la justice est avant tout au service du Kremlin, par exemple en usant et abusant de procès truqués, que l'on peut appeler "procès poutiniens", dont le but est de neutraliser les opposants au régime.
On a vu que même au niveau international, la clique de mafieux russes au pouvoir considère le droit comme "un bout de papier" dont elle n'a que faire. Le cas le plus flagrant est bien sûr l'annexion de la Crimée, région qu'elle avait pourtant reconnue comme étant ukrainienne quelques années auparavant en signant le mémorandum de Budapest.

Combattre la Russie poutinienne, c'est aussi utiliser la justice, le droit, pour punir durement les oligarques proches du Kremlin. A ce titre, il faut se réjouir du travail de la justice et de la police françaises dans l'affaire Kerimov.

mercredi 22 novembre 2017

Contre offensive 8. La politique

L'incroyable naïveté de l'Europe de l'ouest face à la Russie poutinienne a duré bien longtemps. C'est (peut-être et enfin) en train de changer. En espérant que cette tardive prise de conscience débouche (aussi et enfin) sur des actes.

ESPAGNE
>>> NOV2017. Espagne. Madrid dénonce une ingérence russe en Catalogne. La ministre de la défense, Maria Dolores de Cospedal, accuse des « entités » basées en Russie d’avoir mené une campagne de désinformation. « Il y a certaines entités, qui peuvent être publiques ou privées, qui essaient d’interférer dans les politiques nationales, qui essaient d’affecter et de créer des situations instables en Europe, et nous avons l’obligation de le dire clairement, pour que l’opinion publique le sache », a assuré la ministre de la défense Lemonde

vendredi 20 octobre 2017

Une pilule bien dégueulasse à avaler 4

L'ESA préfère le Rockot russe au Vega italien !

>>> OCT017. Quand l'ESA oublie encore la préférence européenne avec le lanceur russe Rockot.
Alors que la France et ArianeGroup plaident pour une préférence européenne en matière de lancements de satellites institutionnels, l'Agence spatiale européenne utilise encore une fois le lanceur russe Rockot.
Conçu et construit par Airbus pour surveiller la pollution mondiale, le satellite européen Sentinel-5 Precursor a été lancé vendredi avec succès par un lanceur russe Rockot depuis le cosmodrome de Plesetsk, en Russie. Incroyable au moment où ArianeGroup demande à l'Europe de jouer la préférence européenne et au moment où l'Agence spatiale européenne (ESA) semble prête à y céder. Mais pourquoi donc l'ESA a une nouvelle fois choisi Rockot pour Sentinel-5 Precursor? Car c'est bel et bien l'agence spatiale ESA qui a sélectionné le lanceur russe.

jeudi 19 octobre 2017

Contre offensive 7. Les murs

Murs, Bunkers, Abris, Frontières

Dans la presse françaises, les pays bâtissant des murs sont souvent mal vus. Pointés du doigt, moqués, accusés de bien des maux. Pourtant, et même si leur efficacité est discutable, les murs ont une belle fonction symbolique. Ils servent à marquer plus durement une frontière. Or, c'est ce qu'il serait souhaitable de faire avec la Russie, puisqu'il n'existe pas de frontière naturelle telle une mer ou une montagne. Les murs ont également pour fonction de décourager les migrants, de ralentir les flux migratoires.
De plus, les murs peuvent aussi être des marqueurs historiques, admirés par les générations suivantes. N'est-ce pas le cas de la Grande muraille de Chine ou du mur d'Hadrien ?

Bunkers
>>> NOV2017. Avec Trump, Kim Jong-Un et Poutine, la Suède veut plus d'abris anti-atomiques. Le pays scandinave a décidé de construire de nouveaux bunkers pour abriter un plus grand nombre de ses citoyens. (...) «En 2002, la situation en Europe était telle qu'il n'y avait plus besoin de construire davantage d'abris. Depuis, très peu ont été construits, mais malheureusement, l situation a changé en 2014.»  Slate

mercredi 18 octobre 2017

Contre offensive 6. Les visas

Il faut durcir l'obtention de visas européens pour tous les russes, et priver de visas tous les oligarques corrompus membres du réseau poutinien. Evidemment, il faut faire respecter cette interdiction. Ce qui n'est pas toujours le cas. Un exemple ?
En 2014, Narychkine, interdit de visa en UE, assistait tranquillement à réunion à Paris, avec quelques pdg français, Mariani et quelques autres parlementaires français ? Il aurait fallu profiter de l'occasion pour arrêter tous ces gens et leur demander des comptes ! Mais rien. Simplement un article dans certains quotidiens. Encore un aveu de faiblesse des dirigeants d'alors. Notons que la Suisse, pourtant non membre de l'UE n'avait pas permis sa venue.

mardi 17 octobre 2017

Contre offensive 5. L'argent

Et tout ce qui est lié à l'argent - c'est-à-dire beaucoup de chose -  : commerce, énergie, droit des affaire.
Où l'on constate aussi l'inadaptation des états de droit face à l'Etat de non-droit qu'est la Russie.

Toucher au portefeuille des oligarques est l'une des premières sanctions adoptée par les puissances occidentales. Mais elles sont trop timides et ne touchent pas assez de monde au sein du réseau poutinien. De plus, alors que la Crimée est sous occupation, rien n'est fait contre ces députés français qui se rendent en Crimée. Pourquoi ? A part quelques réprimandes verbales, pourquoi le pouvoir a-t-il laissé faire ? Cela résonne comme un terrible aveu de faiblesse et d'impuissance !

Il faut interdire tout commerce avec la Russie tant qu'elle n'a pas libéré les territoires envahis.
Il faut s'attaquer au système de paiement.
Il faut des lois spéciales pour lutter contre les oligarques riches, même s'ils sont plein aux as et qu'ils ont de belles relations (y compris d'anciens dirigeants de grandes puissances européennes). Lesdits oligarques doivent être qualifiés pour ce qu'ils sont : des mafieux au pouvoir, y compris le premier d'entre eux qu'est Poutine.