dimanche 9 avril 2017

Personnalités à suivre XI_Macron, l'esprit de conquête

Bien sûr, on peut regretter cette époque des 30 glorieuses, cette époque où l'économie était en pleine croissance, aidée par les Etats-Unis (plan marshall), époque où la France comme les autres pays occidentaux n'étaient pas concurrencée par les nouvelles superpuissances économiques du XXIe siècle, époque où le pays était à reconstruire et l'accès à l'emploi facile.
On peut être nostalgique de cette époque où un vent de liberté soufflait sur la France après la libération, époque où l'islamisme n'existait pas, où les musulmans étaient discrets, ne revendiquaient rien, vivaient "normalement" en France. Cette époque où l'extrême droite comme l'extrême gauche n'existait dans notre pays qu'en marge de la vie politique.
On peut regretter la moindre importance de "la place d'humain" au sein de la société moderne, et la tendance  au cloisonnement des individus dans 'leur sphère" (classe sociale, religion, ...). Plusieurs raisons expliquent ces transformations : la part des "nouvelles technologies" - internet et smartphone - omniprésentes aujourd'hui , la disparition ou l'effacement des piliers du pays - Eglise, Ecole, Armée, Famille - , l'accès au monde du travail. Toutes ces endroits fournissaient un cadre stable, l'école ou l'armée permettait aux jeunes d'être confronté à des jeunes d'autres milieux, d'apprendre ce qu'était le respect des règles et de la hiérarchie...
Tout cela, et sans doute d'autres choses encore, on peut le regretter.
Mais cela n'empêche pas d'ouvrir les yeux sur le monde tel qu'il est aujourd'hui. Le monde a changé, qu'on le veuille ou non. Or, comment faire face aux nouveau enjeux ? En faisant l'autruche ? En passant son temps à se dire "c'était mieux avant" ? Ou bien en identifiant les nouveaux défis du monde moderne ? Même si cela est moins confortable, perpétuer et renforcer notre civilisation, c'est l'adapter au monde qui vient. C'est  prendre conscience des nouveaux dangers qui nous guettent. C'est s'armer avec des armes adaptées au monde moderne : des armes économiques, technologiques, culturelles, commerciales, sociétales. Ces armes, il faut les développer à l'échelle de l'Europe.  Le réalisme économique et géostratégique nous y pousse. Il faut pour faire face aux nouveaux défis mondiaux avoir un esprit de conquête.
Or, au sein des candidats à l'élection présidentielle, peu de personnalités ont cette vision des choses. Fillon est bien timoré sur la question européenne, assez soumis à la Russie poutinienne, et traîne un certain nombre de casseroles qui ne sont pas acceptables.
Hamon a certes compris l'importance de l'Union européenne ; mais il s'est laissé distancé par Mélenchon, lequel incarne le populisme d'extrême gauche, parfait miroir du populisme d'extrême droite, et extrêmement dangereux pour la France et l'Europe.
Macron enfin, reste la candidat le plus dynamique, celui incarnant l'esprit de conquête dont la France a besoin au XXI siècle.


Une France conquérante face aux défis de la mondialisation, c'est plutôt Macron

Car la quasi-totalité des autres candidats prônent le repli, la fermeture, sont sur la défensive et non la conquête, ne parlent que de « sortir » (de l'€uro, de l'Union européenne, de l'OTAN. Sans doute veulent-ils faire sortir la France de la scène internationale) et non d'avancer et de créer.
Comment penser que dans un monde constitué de grands blocs quasi-continentaux – les BRICS, les Etats-Unis, et probablement d'autres encore dans le futur - les Etats membres de l'UE s'en sortiraient mieux tout seuls qu'unis au sein d'un bloc européen. Qui peut penser que la France seule, et donc en compétition non seulement avec les grands blocs mondiaux, mais aussi avec ses propres voisins européens, redeviendrait prospère ? Ceux qui tentent de nous vendre ce futur sont des charlatans qui vivent dans un monde imaginaire. Fillon est certes un candidat manquant d'engagement sur la question européenne. Mais ce sont bien Mélenchon et Le Pen qui mèneraient la France à la ruine (que l'on se penche sur leur programme économique), au déshonneur (Quelle honte de préférer Poutine et Assad plutôt que Merkel et Obama), à la perte d'influence dans le monde (la France a déjà perdu de son influence en Europe depuis que l'arrivée massive d'eurodéputés frontistes).




>>> AVR2017. Pourquoi Dominique de Villepin se rallie à Macron Challenges
>>> AVR2017. La fausse accusation de Hamon sur les positions de Macron relatives à la Palestine LesDécodeurs
>>> AVR2017. Pourquoi Macron, par Matthieu Croissandeau L'Obs
>>> AVR2017. Comment Macron démine les rumeurs sur son argent prétendument caché L'Obs
>>> AVR2017. Une tribune de chrétiens en faveur de Macron LaCroix
>>> AVR2017. On peut être de gauche et soutenir Emmanuel Macron Libération
>>> AVR2017. Emmanuel Macron soutenu par 40 économistes LeMonde
>>> AVR2017. Macron tacle la fascination de Le Pen, Mélenchon et Fillon pour Poutine.  Pour Emmanuel Macron, la vision de la paix et des relations internationales de Jean-Luc Mélenchon est "au mieux de l’angélisme, au pire de l’irresponsabilité" OuestFrance
>>> AVR2017. L'ancien patron du Raid rejoint Emmanuel Macron (L'Express)

>>> AVR2017. « J’ai fixé 5 règles, a affirmé le candidat : le renouvellement, le pluralisme politique, la probité, la parité et la mixité, et l’adhésion au projet qui est le mien. » LeMonde
>>> AVR2017. Qu’est-ce que la « retraite par points » proposée par Emmanuel Macron ? LesDécodeurs
>>> AVR2017. Emmanuel Macron égraine son casting pour les législatives. Les noms de quatorze candidats du mouvement En marche! pour les législatives ont été dévoilés jeudi. LeMonde
>>> AVR2017. Pour échapper au piège de la balladurisation, le leader d'En Marche! n'a pas pris de gants dans "l'Emission politique". Le candidat "fraîcheur de vivre" a fait sa mue. Désormais, il cogne et prend tous les risques. Et ça plaît… L'Obs

mardi 4 avril 2017

Economie VII. L'€uro

>>> AVR2017. Pourquoi il ne faut pas sortir de l’euro LesEchos
>>> AVR2017. « Le maintien de l’euro n’est pas synonyme de politiques néolibérales » LeMonde
>>> AVR2017. L’euro, «  ce pelé, ce galeux, d’où venait tout  le mal »
On aura reconnu le baudet, dans les « Animaux malades de la peste » : c’est la source du virus selon La Fontaine. Le graphique présenté par Marine Le Pen lors du débat entre 5 candidats sur TF1 le 20 mars 2017 nous offre un moderne baudet - c’est l’euro -, germe du mal européen. Le graphique pourrait/voudrait illustrer un lien de causalité entre l’euro et la désindustrialisation des grandes économies de la zone euro, France, Italie et Espagne notamment, sauf l’Allemagne, qui en aurait profité. Cette approche, simple, a un grand mérite : permettre les remarques et les critiques. En voici cinq. A lire sur :   Fondation Schuman

mardi 14 février 2017

Les cercles XVII : Pulse of Europe


Pulse of Europe rassemble, au-delà des partis, tous ceux qui tiennent à construction la construction européenne : des rassemblements sont prévus dans toute l'Union chaque dimanche. 

dimanche 29 janvier 2017

Identité-s III . Les racines chrétiennes de l'Europe

Culte, culture, spiritualité, philosophie, traditions, architecture, modes de vie... Comment la chrétienté a façonné l'Europe

>>> Routes mythiques européennes : Saint Jacques de Compostelle

Dans la tradition musulmane, tout fidèle doit effectuer au moins une fois dans sa vie le pèlerinage à La Mecque. De même, le premier millénaire du christianisme a connu trois routes sacrées, qui
valaient une série de bénédictions et d'indulgences à quiconque parcourait l'une d'elles.
La première menait au tombeau de saint Pierre, à Rome. Son symbole était une croix. On appelait « romées » ou « romieux » ceux qui la parcouraient.
La deuxième conduisait au Saint-Sépulcre du Christ, à Jérusalem, et ceux qui la suivaient étaient appelés « paulmiers », car elle avait pour symbole les palmes qui saluèrent le Christ quand il entra dans la ville.
Enfin, il existait un troisième chemin – un chemin qui menait jusqu'aux reliques de l'apôtre Jacques, enterrées en un lieu de la péninsule Ibérique où, certains soirs, un berger avait vu une étoile briller au-dessus d'un champ. D'après la légende, saint Jacques et la Vierge Marie elle-même passèrent par là après la mort du Christ, portant la parole de l'évangile et exhortant les populations à se convertir. L'endroit prit le nom de Compostelle – le champ de l'étoile – et bientôt s'éleva une ville qui allait attirer les voyageurs de toute la chrétienté. À ceux qui parcouraient cette troisième route sacrée, on donna le nom de « pèlerins » et ils prirent pour symbole une coquille.

mardi 17 janvier 2017

Les cercles XVI. 9 chantiers européens à faire très vite !

Le Brexit peut être une oportunité pour l'UE d'enfin avancer. En particulier, souhaitons qu'enfin s'impose l’idée d’une Europe « des cercles concentriques » . Une Europe qui n’est pas « une Europe à la carte » mais qui offre la possibilité à des pays d’avancer à leur rythme. Londres ne pourrait, en tout cas, pas freiner la marche vers plus d’intégration. De très nombreuses personnalités sont favorables à une "Europe des cercles" : des politiciens, des économistes (comme Piketty, qui propose un "noyau dur européen"), des philosophes, 

Ce qu'il faut ? 9 chantiers à lancer dès 2017 :

lundi 16 janvier 2017

Lectures VI. Alain Finkielkraut

>>> La réalité décrite par Finkielkraut ( décrivant aussi le déni de réalité du Parti socialiste, et ses conséquences électorales) :
Quand le cybercafé s'appelle « Bled.com » et que la boucherie ou le fast-food ou les deux sont halal, ces sédentaires font l'expérience déroutante de l'exil. Quand ils voient se multiplier les conversions à l'islam, ils se demandent où ils habitent. Ils n'ont pas bougé, mais tout a changé autour d'eux. Ont-ils peur de l'étranger ? Se ferment-ils à l'Autre ? Non, ils se sentent devenir étrangers sur leur propre sol. Ils incarnaient la norme, ils se retrouvent à la marge. Ils étaient la majorité dans un environnement familier ; les voici minoritaires dans un espace dont ils ont perdu la maîtrise. C'est à cette situation qu'ils réagissent en allant vivre ailleurs. C'est pour ne pas y être à nouveau exposés qu'ils se montrent généralement hostiles à la construction de logements sociaux dans les communes où ils ont élu domicile. Plus l'immigration augmente et plus le territoire se fragmente. On sait depuis longtemps que les riches tiennent les pauvres à distance et que l'embourgeoisement et même seulement l'accession à la classe moyenne se traduisent presque toujours par le déménagement. Mais voici que pauvres – ouvriers, employés, travailleurs précaires, salariés à temps partiels – s'écartent d'autres pauvres. Et ils sortent du droit chemin politique qui était jusque-là le leur : ayant le sentiment que la gauche ne tient aucun compte de leur malaise, ils s'en détachent massivement. (…) mais la gauche aurait tort de s'en faire et de battre sa coulpe selon la fondation Terra Nova, l'un des « think tanks » les plus dynamiques du Parti socialiste français.
L'identité malheureuse (p119-120, éditions Folio)

samedi 14 janvier 2017

Les cercles XV. Face aux ennemis de l'UE : contre-attaquer !

>>> AVR2017. Le programme antieuropéen de Marine Le Pen dénoncé par 25 Nobel d’économie. Dans une tribune au « Monde », des lauréats du célèbre prix, dont Joseph Stiglitz et Jean Tirole, se prononcent en faveur de l’Europe.  LeMonde

 >>> AVR2017. Centre de recherche à Helsinki contre les menaces "hybrides" LaTribune
>>> AVRE2017.  #AvantLeVote : les intox et idées reçues sur l’Europe de la campagne présidentielle. LeMonde


Décodeurs de l'Europe
Combattre les ennemis de l'UE, c'est commencer par identifier et dénoncer la désinformation, les intox et fausses rumeurs (lancées par les populistes, les extrêmes, la Russie, les islamistes...) ; c'est aussi expliquer ce que fait l'Europe ; c'est enfin agir.

vendredi 13 janvier 2017

Les Cercles XIV. Anniversaires & Histoire de l'UE

>>> MARS2017. Retour sur 60 belles réalisations , à l'occasion du 60e anniversaire du Traité de Rome Touteleurope

March of Europe
>>> MARS2017. Les Européens conviés à une « marche pour l’Europe » à Rome

300 personnalités lancent un appel pour relancer l’intégration européenne. Ils invitent la société civile à participer à une « marche pour l’Europe » le 25 mars prochain à Rome.

« Nous, citoyens européens, sommes préoccupés et effrayés », commence l’appel, rédigé par Roberto Castaldi avec Giuliano Amato, Yves Bertoncini, Stefan Collignon, Anthony Giddens, Ulrike Guérot et Miguel Maduro.
« La crise économique et financière en a appauvri plus d’un. Le chômage des jeunes risque de créer une génération perdue. Les inégalités se creusent et la cohésion sociale se retrouve en péril. La guerre et l’instabilité frappent le voisinage immédiat de l’UE, de l’Ukraine à la Turquie, en passant par le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. L’afflux de réfugiés et de migrants est devenu un problème structurel que nous devons affronter ensemble, d’une manière durable et dans le respect des droits de l’Homme.

mercredi 11 janvier 2017

Les Cercles XIII. Industrie : pour le «Made in Europe»

>>> Pour retrouver dynamisme et confiance, l’Union européenne doit mener une politique industrielle qui lui permettrait de lutter à armes égales avec les grandes puissances, selon les secrétaires d’Etat Christophe Sirugue et Matthias Fekl.

Orgueil ou naïveté, nous avons longtemps cru que notre leadership technologique était acquis. La crise économique, dont nous sortons à peine, a été un dur retour à la réalité en France et en Europe. Le monde a changé, les règles ont changé. Nous ne pouvons plus être naïfs et fermer les yeux sur la situation actuelle. Pour surmonter la crise de confiance qui la paralyse, l’Europe doit recréer du lien avec les citoyens en se montrant à la hauteur du défi et assumer une véritable politique industrielle européenne.

lundi 9 janvier 2017

Société IV. Famille, Natalité, Education, Condition féminine

Natalité
>>> JAN2017. En Europe, les femmes font de moins en moins d'enfants. C'est un phénomène démographique constant : la proportion de femmes sans enfant ne cesse d'augmenter en Europe. Comme le révèle ce mercredi 11 janvier une étude de l'Institut national... Les Echos
>>> JAN2017. Un femme sur sept en Europe n’a pas d’enfant. La Croix
>>> NOV2016. L'Europe face au défi de la régression démocratique.
La Hongrie de Viktor Orbán et la Pologne de Jaroslaw Kaczynski sont-elles l'avant-garde d'une contre-révolution culturelle qui est en train de gagner le monde ou une simple parenthèse malheureuse pour l'Europe centrale ? Les Echos
>>> OCT2016. En Italie, les berceaux se vident
Crise économique, faiblesse des politiques sociales, incertitudes et représentations familiales figées… Tout pousse les Italiens à retarder le projet de fonder une famille.

dimanche 8 janvier 2017

Les cercles XII. Vers une Europe fédérale ?

>>> JAN2017. L'Europe deviendra-t-elle enfin adulte ? Par Raphaël Glucksmann
(...) Il est urgent, donc, d’assumer une vision aussi cohérente que celle des nationalistes. Ils déduisent de l’absence d’un parquet commun la nécessité de restaurer les frontières internes ? Créons le parquet, les services, la police capables de protéger cet espace commun. Ils induisent de l’inexistence d’un gouvernement de la zone euro l’inévitable retour au franc ? Imposons ce gouvernement économique européen. Ils critiquent une technocratie sans visage ni symbole ? Elisons un président européen au suffrage universel, forgeons ces symboles. Ils voient dans l’absence d’armée européenne la preuve de l’impossibilité d’une souveraineté européenne ? Accouchons de cette Communauté européenne de défense (CED) repoussée depuis soixante ans. Quand le président américain lui-même ne croit plus à l’Otan, ce n’est plus une option, c’est une nécessité. Voilà, au fond, notre chance : l’obligation qui nous est faite par l’Histoire de choisir, l’impossibilité de l’esquive. L'Obs